Le perroquet bleu - Rêve ta vie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . pour partager avec vous . . . . . . . .

22 novembre 2006

Bird

Ecoute bien cette musique… tends bien l’oreille à ce qu’il essaie de nous dire à travers ces sons. C’est l’histoire d’une âme libre qui essaye de s’échapper de sa poitrine. Cette âme elle existe en moi aussi, et en toi. Ecoute et tu pourras entendre son écho. Un souffle chaud, un cœur qui palpite.Haruki Murakami ( Après le tremblement de terre)
Posté par Asterie à 08:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 novembre 2006

Les mains

Il y a quelque temps Mohamed tendait une main virtuelle : comme une main tendue,  illustrée de photos d’œuvres de Rodin.Ce même artiste a inspiré Huguette Bertrand qui en s’associant avec  Sabine Christien les ont fait se rencontrer, se toucher se caresser.Cela à donné lieu à une expo et à un album .
Posté par Asterie à 11:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 novembre 2006

Vivre au présent

Traveling solo by Lars Raun (détail) j’aimerais vivre au présent  et pas à l’ombre du passéni sous les néons crus du lendemainà la limite exactementlà où sont les choseset où l’on vitvraimentsimplement Bernard Friot
Posté par Asterie à 08:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
17 octobre 2006

Macondo

C’étaient de nouveaux gitans. De jeunes hommes et de jeunes femmes qui ne parlaient que leur propre langue, spécimens splendides  la peau huilée, aux mains pensives, dont les danses et la musique semèrent par les rues une si folle allégresse qu’on eût dit le village en émeute, avec leurs perroquets bariolés qui récitaient des romances italiennes, et la poule qui pondait un cent d’œufs en or au son du tambourin, et le fagotin qui devinait ce qu’on avait en tête, et la machine à tout faire qui servait en même temps à... [Lire la suite]
Posté par Asterie à 13:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 octobre 2006

Un poème contre le temps

Si je fais couler du sableDe ma main gauche à ma paume droite, C'est bien sûr pour le plaisirDe toucher la pierre devenue poudre, Mais c'est aussi et davantagePour donner du corps au temps, Pour ainsi sentir le tempsCouler, s'écouler Et aussi le faireRevenir en arrière, se renier. En faisant glisser du sable,J'écris un poème contre le temps. Eugène Guillevic Ce n’est pas la première fois que je publie des poèmes de ce Monsieur, j’adore la simplicité et la justesse de ses mots.
Posté par Asterie à 09:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 octobre 2006

Vivre au présent

Traveling solo by Lars Raun (détail) J’aimerais vivre au présentet pas à l’ombre du passéni sous les néons du lendemainà la limite exactementlà où sont les choseset où l’on vitvraimentsimplement Bernard Friot
Posté par Asterie à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 octobre 2006

Le jeu de la folie

Ne m’attends pas ce soir car la nuit sera noire et blanche, illuminée, rue de la vieille lanterne où Nerval a pendu son image et sa mémoire sous le regard des dieux, au bout d’un drap en berne. Je rêve de transparence et d’épouvantes mystiques le long de la frontière qui jouxte l’inconnu en traînant mon cadavre et mon vide pathétique et ma douleur femelle sur mon dos de bossu. Just a scrap in a wrong place by Guilh Le jeu de la folie est un sport de l’extrêmequi se pratique souvent au bord des précipicesoù dans les yeux... [Lire la suite]
Posté par Asterie à 19:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 octobre 2006

Déprime

Thus Spake Zarathustra by GiladProfondément déprimé, je me rends compte à quel point ma propre compagnie m’ennuyait. J’avais déjà entendu tout ce que j’avais à dire. Je connaissais toutes mes histoires drôles, et je n’avais aucune envie de m’écouter.Groucho Marx
Posté par Asterie à 13:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 septembre 2006

j'ai volé mon âme à un clown

Les joyeux éboueurs des âmes délabréesse vautrent dans l'algèbre des mélancoliestraînant leurs métastases de rêve karchériséentre les draps poisseux des siècles d'insomnie.Ca sent la vielle guenille et l'épicier cafarddans ce chagrin des glandes qu'on appelle l'amouroù les noirs funambules du vieux cirque barbarese pissent dans le froc en riant de leur tours. Contemplation by Martiros ManoukianJ'ai volé mon âme à un clownun cloclo mécanique du rock & roll cartoonJ'ai volé mon âme à un clownun clône au coeur de cône du rêve baby... [Lire la suite]
Posté par Asterie à 21:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 septembre 2006

Reste tout près de moi

Touchent by Antoine de Villiers Reste tout près de moiJe t'en prie ne bouge pasJ'aime bien ce silenceCette césure intense...Sous cette Lune rondeNos souffles se confondentAux bruits aux sons aux notesQue la nuit nous chuchote Extrait de 'Reste' de Jamait. Pour l' écouter
Posté par Asterie à 23:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]