Le perroquet bleu - Rêve ta vie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . pour partager avec vous . . . . . . . .

03 février 2006

Midi

Karin Rosenthal : Laços amorosos Ondine tu es fille de la mer, ton corps est d'eau pure, ô cousine de l'origan, et ton sang cuisinière, est de terre vivante, terrestres et fleuries, voilà tes habitudes. Tes yeux regardent l'eau, et soulèvent les vagues, tes mains vont vers la terre, en y lâchant les graines, l'eau et la terre où sont tes domaines profonds se sont unies en toi par la loi de l'argile. Naïade, ton corps fend la turquoise marine et bientôt resurgi fleurit dans la cuisine c'est ta façon à toi d'assumer ce qui... [Lire la suite]
Posté par Asterie à 23:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 février 2006

Le chemin

"Vagabonde ou saltimbanque, je m’en vais sans cesse sur des sentiers d’autant plus passionnants qu’ils me sont encore inconnus "Cette phrase extraite d'un texte de Coumarine aborde un thème déjà évoqué plusieurs fois sur le blog de Syldia par exemple ici, elle se rapproche de l'extrait d'Antonio Marchado ci-dessous et j'aime bien ce que dit ce monsieur et la manière dont il le dit. Baby by Gatatka Voyageur, le chemin C'est les traces de tes pas C'est tout; voyageur, il n'y a pas de chemin, Le chemin... [Lire la suite]
Posté par Asterie à 21:21 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
31 janvier 2006

Sonnez cloches sans raison et nous aussi

Mimic by Banky...sonnez cloches sans raison et nous aussinous ferons sonner en nous les verres cassésles monnaies d'argent mêlées aux fausses monnaiesles débris des fêtes éclatées en rire et en tempêteaux portes desquelles pourraient s'ouvrir les gouffresles tombes d'air les moulins broyant les os arctiquesces fêtes qui nous portent les têtes au cielet crachent sur nos muscles la nuit du plomb fonduje parle de qui parle qui parle je suis seulje ne suis qu'un petit bruit j'ai plusieurs bruit en moiun bruit glacé froissé au carrefour... [Lire la suite]
Posté par Asterie à 21:37 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
28 janvier 2006

Le Paria

Solitude by Kenneth B Miller Ma pensée est un souffle aride :C'est l'air. L'air est à moi partout.Et ma parole est l'écho videQui ne dit rien - et c'est tout. Tristan Corbière
Posté par Asterie à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 janvier 2006

Chacun sa chimère

Les chimères by Oleg Yakhnin Sous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemins, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés.Chacun d'eux portait sur son dos une énorme Chimère, aussi lourde qu'un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d'un fantassin romain.Mais la monstrueuse bête n'était pas un poids inerte; au contraire, elle enveloppait et opprimait l'homme de ses muscles élastoqies et puissants; elle s'agrafait avec ses deux vastes griffes à la... [Lire la suite]
Posté par Asterie à 21:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 janvier 2006

Tard dans la vie

Auteur Inconnu Je suis durJe suis tendreEt j'ai perdu mon tempsA rêver sans dormirA dormir en marchantPartout où j'ai passéJ'ai trouvé mon absenceJe ne suis nulle partExcepté le néantMais je porte caché au plus haut des entraillesA la place ou la foudre a frappé trop souventUn cœur ou chaque mot a laissé son entailleEt d'où ma vie s'égoutte au moindre mouvement Pierre Reverdy (La liberté des mers)
Posté par Asterie à 21:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 décembre 2005

La nuit surtout je ne rêve pas je vois

Erlend Mor Keepers of the voidLa nuit ! La nuit surtout je ne rêve pas je vois J'entends je marche au bord du trouJ'entends gronder Ce sont les pierres qui se détachent des annéesLa nuit nul ne prend gardeC'est tout un pan de l'avenir qui se lézardeEt rien ne vivra plus en moiComme un moulin qui tourne à videL'éternitéDe grandes belles filles qui ne sont pas néesSe donneront pour rien dans les boisDes hommes que je ne connaîtrai jamaisBattront les cartes sous la lampe un soir de gelQu'est-ce que j'aurai gagné à être éternel? Les... [Lire la suite]
Posté par Asterie à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2005

Ile

Une île perdue dans la Caraïbe, comme le chante Bernard Lavilliers et dans cette île, une tour à reconstruire pour la faire atteindre les nuages. Etre ainsi au cœur de ses rêves et pouvoir les vivre pleinement, simplement.C’est ce qu’évoque pour moi ce très chouette poème d’une amie. Une île  Déserte ...Ou Une île juste pour toi et moiOu il n'y a rien à faireJuste se reposerUne îlePour se parlerSans se presserUne île de silencePour s'entendreUne île de silencePour s'écouterJuste une île pour Toi et MoiUne île de... [Lire la suite]
Posté par Asterie à 21:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
17 décembre 2005

Lundi matin

The tailor by Dmitry Yakovin "Lundi matin,Le roi, la reine et le p'tit  princeSont venus chez moiPour me serrer la pince.Comm' je n'étais pas là,Le petit prince a dit:Puisque c'est comme ça,Nous reviendrons mardi..."
Posté par Asterie à 21:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 décembre 2005

Le silence

"Forget it all by Erlend Mork" Le silence est fait de paroles qui se taisent. Yvon Rivard
Posté par Asterie à 21:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]